TechStation spatiale internationale : arrivée des astronautes russes sous des couleurs surprenantes

Station spatiale internationale : arrivée des astronautes russes sous des couleurs surprenantes

La dernière controverse en date à propos de l’ISS concerne le choix des couleurs de la combinaison spatiale par les astronautes russes. Le 18 mars, trois nouveaux cosmonautes russes sont arrivés à la station vêtus de combinaisons spatiales jaunes et bleues, qui rappellent les couleurs du drapeau ukrainien.

Moscou réagit !

L’agence spatiale russe Roscosmos a nié tout lien intentionnel entre le choix des combinaisons et le conflit en cours en Ukraine. Oleg Artemyev, l’un des astronautes, a expliqué que les couleurs ont été choisies six mois avant le départ. Il a précisé qu’elles n’avaient rien à voir avec les événements actuels sur Terre.

Cependant, certains ont émis l’hypothèse que le choix des combinaisons était une tentative délibérée d’envoyer un message aux Ukrainiens. Cette idée a été ridiculisée par Moscou, qui l’a qualifié de ridicule.

Quelle que soit l’intention réelle derrière le choix des couleurs, l’incident a une fois de plus mis en évidence les relations tendues entre la Russie et l’Ukraine. Alors que les deux pays continuent de se quereller, l’avenir de l’ISS semble de plus en plus incertain.

Qu’est-ce que la station spatiale internationale (ISS) ?

La Station spatiale internationale (ISS) est la huitième station spatiale en orbite et elle a été construite par un équipage multinational d’astronautes. Le premier module de l’ISS, Zarya, a été lancé le 20 novembre 1998. Cet événement a marqué le début de ce qui allait être l’un des projets les plus ambitieux de l’histoire : la construction d’un avant-poste orbital pour l’avenir de l’humanité dans l’espace.

Comment l’ISS a-t-elle été construite et quelle est sa mission actuelle ?

Le plan de mission initial consistait à assembler des modules sur une période de neuf ans afin qu’ils puissent être visités par des vaisseaux spatiaux russes Soyouz depuis la Terre, mais ce plan a depuis été abandonné en raison du manque de financement. On ignore désormais comment la NASA pourra mener à bien ses missions de construction et d’approvisionnement sans utiliser les fusées ou les véhicules russes pour les voyages vers l’ISS. Roscosmos a déclaré qu’elle pourrait reconsidérer sa décision si elle obtenait des fonds.

Quel avenir proche pour l’ISS ?

L’ISS est un projet de coopération entre les États-Unis et la Russie depuis sa création, les deux pays fournissant le personnel, les ressources et les fonds nécessaires à son fonctionnement.

Cependant, les relations entre les deux pays se sont détériorées ces dernières années, en grande partie à cause du conflit en Ukraine. En réponse aux sanctions imposées par les puissances occidentales, la Russie a interrompu sa fourniture de moteurs de fusée aux États-Unis, ce qui pourrait entraver les futures missions vers l’ISS. Dmitry Rogozin, le chef de Roscomos, a également déclaré que les sanctions pourraient “mettre en danger” la coopération américano-russe sur l’ISS et que cela pourrait entraîner la chute de la station sur Terre. Si l’on ne sait pas ce qui va se passer dans un avenir proche, il est clair que les relations entre les États-Unis et la Russie se détériorent.

  • DARGAUD Dans la combi de Thomas Pesquet
    (réédition) Le 2 juin dernier, le Français Thomas Pesquet, 38 ans, astronaute, rentrait sur Terre après avoir passé 6 mois dans la Station spatiale internationale. La réalisation d'un rêve d'enfant pour ce type hors-norme qui après avoir été sélectionné parmi 8413 candidats, suivit une formation intense pendant 7 ans, entre Cologne, Moscou, Houston et Baïkonour... Dans cette bande dessinée de reportage, Marion Montaigne raconte avec humour – sa marque de fabrique – le parcours de ce héros depuis sa sélection, puis sa formation jusqu'à sa mission dans l'ISS et son retour sur Terre.
  • Dargaud Dans la combi de Thomas Pesquet
    Le 2 juin dernier, le Français Thomas Pesquet, 38 ans, astronaute, rentrait sur Terre après avoir passé 6 mois dans la Station spatiale internationale. La réalisation d'un rêve d'enfant pour ce type hors-norme qui après avoir été sélectionné parmi 8413 candidats, suivit une formation intense pendant 7 ans, entre Cologne, Moscou, Houston et Baïkonour... Dans cette bande dessinée de reportage, Marion Montaigne raconte avec humour – sa marque de fabrique – le parcours de ce héros depuis sa sélection, puis sa formation jusqu'à sa mission dans l'ISS et son retour sur Terre.
Lou
Lou
Rédactrice passionnée, je m’intéresse à tous les sujets qui font l’actualité française et internationale. En tant que passionnée de politique et d’actu, je souhaite livrer à nos lecteurs des articles clairs et précis afin que tout devienne facile à comprendre.
Articles en relation